de l'islam à Jésus-Christ
Repentez-vous, changez de vie, devenez de bons catholiques pour le salut de votre âme.

République de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

République de France

Message  yacoub le Mer 27 Juil - 19:44

Le meurtre d'un prêtre en Normandie sidère la presse européenne

Un assassinat dans une église, pendant l'office, par un djihadiste se revendiquant de l’État Islamique est une première en Europe. Un attentat alors que les Journées Mondiales de la Jeunesse ouvrent à Cracovie en Pologne en présence du Pape François.
François Hollande et Bernard Cazeneuve à Saint-Etienne-du-Rouvray.

François Hollande et Bernard Cazeneuve à Saint-Etienne-du-Rouvray.• Crédits : Antoine Quevilly - Radio France

La veille de l'arrivée du Pape François à Cracovie, la ville de Jean-Paul II pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, ce meurtre du père Jacques Hamel dans son église en Normandie a évidemment fait réagir le Vatican.

A la une de l'Osservatore Romano, le journal du Saint-Siège, ce titre : "Le Pape bouleversé par l'assassinat d'un prêtre en France" et ce communiqué officiel du Vatican qui affirme que "François assure de sa proximité spirituelle et s'associe par la prière à la souffrance des familles ainsi qu'à la douleur de la paroisse et du diocèse de Rouen".

La Une du quotidien du Vatican ce 27 juillet 2016

La Une du quotidien du Vatican ce 27 juillet 2016 •

La Tribune de Genève retrace le parcours d'Adel Kermiche, le jeune tueur de 19 ans. Il a tenté par deux fois de rejoindre la Syrie l'an passé. La première fois, alors qu'il était encore mineur, il avait été arrêté à Munich, et placé sous contrôle judiciaire au domicile de ses parents à Saint-Etienne-du-Rouvray. La seconde, poursuit la Tribune de Genève, en mai 2015, il était cette fois-ci majeur, où avec un ami d'enfance, il avait été arrêté à l'aéroport d'Istanbul, avant d'être extradé en France où il avait été incarcéré puis libéré en mars dernier en portant un bracelet électronique.

La presse européenne est désemparée face à cette vague de violence.

Ainsi la Libre Belgique rappelle que si les 700 écoles juives et synagogue et plus de 1000 des 2500 mosquées de France sont protégées par l'armée dans le cadre de l'opération Sentinelle, il parait illusoire d'appliquer un même niveau de sécurité à la totalité des 45 000 églises catholiques, 4000 temples protestants et 150 lieux de cultes orthodoxes...

Un sentiment d'impuissance également dans les colonnes du journal suisse Le Temps. Pour le quotidien de Lausanne, on assiste à la démocratisation du terrorisme. Désormais, tout un chacun peut entrer en action et brandir un drapeau de l’État Islamique. Le groupe terroriste qui en s'en prenant à une église catholique, agite pour la première fois en Europe la dimension religieuse à l'encontre des Chrétiens.

Un pas de plus a donc été franchi pour El Pais. Pour le quotidien madrilène, le djihadisme a effectué en Normandie, un saut qualitatif avec l'attaque d'une église avec pour conséquence l'accentuation de la division politique en France. Mais cela s'explique, note El Pais car c'est quand même la cinquième attaque sur le sol français revendiquée par l’État Islamique depuis janvier 2015.

Et la suite inquiète également la presse européenne...

Car les journaux en sont certain, Saint-Etienne-du-Rouvray n'est pas la dernière attaque.

En Italie, la Repubblica porte un jugement sévère sur les autorités françaises. Le journal romain de centre-gauche estime que la France a agi d'une manière superficielle dans sa gestion de la menace brûlante du djihadisme qui couvait sous les cendres brûlantes de la vie quotidienne. Pour la Repubblica cette superficialité s'est vue en Normandie comme à Nice.

Une de la Repubblica ce 27 juillet 2016

Une de la Repubblica ce 27 juillet 2016 •

L'Espagne s'inquiète également à son tour. El Mundo rappelle que des vidéos de terroristes font état de références à l'Espagne. Le pays serait même, d'après ses services de renseignements, parmi les priorités des djihadistes dans leur recherche de déstabilisation globale. Madrid a donc renforcé la sécurité dans les zones touristiques, les aéroports et aux frontières. Mais l'Allemagne en avait également fait de même après Nice...

Conséquence de ces nombreux et horribles actes de violence pour Svenska Dagbladet, l'Europe se ferme et l'attitude envers les migrants et les étrangers se durci. Le quotidien de Stockholm illustre ce sentiment par une enquête d'opinion qui estime que la moitié des Européens pense que le risque d'attaque terroriste augmente avec le nombre de réfugiés.

Car désormais la peur parcours toute l'Europe...

La Lettonie, nous rappelle le quotidien Diena a dans ses cartons depuis quatre mois un projet de loi visant à interdire le port du voile islamique intégral ainsi que tout vêtement masquant le visage dans les lieux publics.

Pourtant la Lettonie n'a pas de communauté d'origine musulmane sur son sol. Mais ce projet de loi rapporte Diena est en préparation en vue de l'accueil en Lettonie de plusieurs centaines de demandeurs d'asile dans le cadre des quotas de migrants de l'Union européenne.

Pourtant, il faut relativiser précise à Varsovie Rzeczpospolita. Ce n'est pas en Europe que les Chrétiens sont menacés. L'an passé, 7100 Chrétiens ont été assassinés et 2406 églises attaquées dans le monde. Des attaques perpétrées par l’État Islamique, Boko Haram ou les Shebab somaliens. Rzeczpospolita qui rappelle donc que cette guerre de religion déclenchée par les fondamentalistes sunnites, avec tortures, enlèvements et massacres a lieu principalement ces dernières années en Syrie et en Irak.

Il est pourtant urgent d'agir, ici en Europe, précise le Guardian.

Même si la récente vague de meurtres rend la réponse particulièrement difficile à cause de la diversité et du manque de clarté de toutes ces attaques en France et en Allemagne.

Pour le quotidien anglais, la nature imprévisible de ces attaques et la vie souvent solitaire de leurs auteurs rendent leur prévention difficile, mais il faut agir à cause du nationalisme ambiant, du sentiment anti-migrants en hausse et du fait que les partis d'extrême droite partout en Europe, sont prêts à capitaliser chaque incident.

Réponse politique donc, mais également militaire. Le Wall Street Journal en est certain, l’État Islamique ne pourra être vaincu sans l'éradication de ses fiefs en Syrie, Irak et Libye et jusqu'à présent estime le journal américain, le combat a plus été symbolique que stratégique.

yacoub

Messages : 254
Date d'inscription : 29/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://yacoub.eklablog.com/accueil-c24696500

Revenir en haut Aller en bas

Re: République de France

Message  yacoub le Jeu 28 Juil - 14:30

Non à la complaisance à l'égard de l'islam!


Le drame qui s'est produit dans la banlieue de Rouen montre à l'évidence la composante spécifiquement religieuse de la barbarie islamique. Il faut oser l'affronter et la combattre sur son terrain, celui des idées. C'est une question de lucidité et de courage intellectuel.

Non à la complaisance à l’égard de l’islam !

Ce qui vient de se passer dans la banlieue de Rouen, qui est « innommable » selon le terme du  l’archevêque catholique de la région, prouve à l’évidence que la barbarie islamiste est un facteur religieux spécifique, qu’on ne saurait, sans une mauvaise foi terrible ou une grande malhonnêteté intellectuelle, réduire à sa causalité sociopolitique, même si elle existe et pèse d’un grand poids sur elle, d’une manière générale.

Mais dans ce cas, deux éléments doivent attitrer notre attention. Des chrétiens sont les victimes d’un attentat terroriste, qui n’a donc rien à voir avec une réaction politique à l’impérialisme économique que subissent, et c’est vrai, les pays arabes pour une part (mais est-ce le cas de  l’Arabie saoudite ou du Qatar avec qui nous commerçons ?). Cela a à voir, en réalité,  avec un vieux contentieux de l’islam avec le christianisme, autre religion du Livre, dont il se réclame pour une part, tout en prétendant le dépasser et donc l’éliminer. Et le meurtre a pris la forme d’un rituel religieux propre à la version criminelle de l’islam (qui existe, quoi on en dise hypocritement) : l’égorgement. Ces deux traits doivent nous faire prendre conscience que nous sommes ici en présence d’un conflit intra-religieux, et donc, en bonne logique, d’un conflit religieux dont l’islam, en tant que tel, est responsable.

Dire cela, ce n’est pas nier tout ce qui, dans la montée hallucinante – il faut le dire comme cela – de la violence islamiste doit aux conditions socio-politiques imposées aux pays arabes depuis longtemps ; mais c’est marquer ce qui est dû à la religion islamique en tant que telle, qui est une forme inédite aujourd’hui d’un fascisme idéologique, avec toutes ses tares spécifiques : la soumission absolue à une révélation divine, le refus du questionnement critique venant de la raison, la négation corrélative de la laïcité et la haine dogmatique des incroyants mais aussi des autres religions, la négation de l’élaboration autonome par l’homme des lois de son vivre-ensemble, ce qu’il appelle la charia – l’islam est une théocratie politique, qui refuse la séparation du religieux et du politique –, l’imposition de normes sexuelles, inadmissible moralement, comme la condamnation extrême de l’homosexualité et, enfin, un machisme insupportable qui professe sans retenue l’infériorité absolue de la femme vis-à-vis de l’homme et valorise la virilité de celui-ci.

C’est pourquoi, si la lutte contre cette barbarie dont nous sommes les spectateurs atterrés  passe par des solutions politique d’ensemble, comme le refus de la guerre au profit d’un règlement pacifique des conflits au Moyen-Orient et, surtout, par l’intégration réussie des populations maghrébines en France, avec tout ce que cela implique de mesures socialement généreuses à leur égard, on ne saurait  pour autant éliminer lâchement, voire à partir de calculs électoraux politiciens, la nécessité de combattre intellectuellement les idées malfaisantes pour l’homme dont la doctrine islamique, à travers le Coran et comme d’autres religions, est porteuse Refuser cette critique (au sens d’un examen critique), c’est refuser la critique  rationaliste et humaniste des religions, et de celle-ci en particulier, qui était le parti-pris résolu de Marx et ne plus pouvoir se réclamer du communisme, qui est un humanisme pratique, qui fait abstraction d’un quelconque Dieu.



Yvon Quiniou, philosophe. Auteur en particulier de « Pour une approche critique de l’islam, H§O..


Pour ce que je connais du Nouveau Testament, je n'y vois aucune trace de violence envers qui que ce soit, hormis le supplice de Jésus. Alors que la violence existe dans l'Ancien Testament (meurtre d'Abel, le déluge,...)
L'islam n'a pas son Nouveau Testament ! Des musulmans français veulent vivre leur islam comme des chrétiens, ils revendiquent les mêmes valeurs humaines, mais leur livre de base n'est pas cohérent avec un humanisme de type chrétien. N'est-ce pas là ce qui empêche la population musulmane de se défaire de l'image de violence de leur religion ?

Moïse était aussi barbare que PBSL mais Jésus était un homme doux non violent et très chaste, il a été crucifié.

PBSL, arrivé 6 siècles, plus tard aurait voulu dans un premier temps imiter Jésus mais il a été égaré par Satan le lapidé qu'il a pris pour l'ange Gabriel qui lui a dit "c'est parfaitement halal de coucher avec des petites filles de 6 ans, c'est parfaitement halal de faire divorcer son fils pour épouser sa femme, c'est parfaitement halal de faire égorger une poétesse Asma Bent Marwan qui l'a traité de sodomite, c'est parfaitement halal d'expulser ou de massacrer tous les juifs de Médine...etc...etc.

yacoub

Messages : 254
Date d'inscription : 29/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://yacoub.eklablog.com/accueil-c24696500

Revenir en haut Aller en bas

Re: République de France

Message  yacoub le Ven 29 Juil - 11:40

M. Valls, le Coran aurait dû être interdit en France depuis longtemps



Lors de la table ronde du 18 septembre à Stockholm, vous avez indiqué que la lutte contre la radicalisation jihadiste de jeunes en France prendra « une génération », et « Le plus important, et c’est le sens de cette table ronde, c’est comment on mobilise la société. La seule action antiterroriste de nos services ne suffira pas« .

Effectivement la seule action antiterroriste des services des Etats européens, dont le nôtre, ne suffira pas à lutter contre la « radicalisation jihadiste ».

Tout simplement parce que l’on veut traiter les effets au lieu de chercher à en traiter la ou les causes profondes, car une « radicalisation » se base sur des idées ou des principes idéologiques ou « religieux ». Ici, la cause originelle du jihadisme est l’Islam et surtout son livre fondateur, le Coran.

Quant à « mobiliser la société » … . La « société » française, est soumise à une variété de motivations (idéologies, religions, athéisme, …) dont celles issues de l’Islam et du Coran. On constate que nos gouvernants et la plupart de nos élus, aveuglés par les discours des imams et autres « professeurs » musulmans pratiquant la taqiya ainsi que par les désinformations de nombre de médias et de sites internet, encouragent cette idéologie théocratique et hégémonique masquée sous son titre de « religion » ainsi que son développement en France, (mosquées, écoles musulmanes).

Combien de dirigeants politiques ont lu le Coran, l’Histoire vraie de l’Islam … (Histoire aisée à connaître et à comprendre maintenant par les recherches scientifiques, archéologiques, ethnographiques, …, conquêtes, massacres de plus de deux cent millions d’humains, esclavage, la charia, la taqyia, le jihad, …), et quelles interventions et actions nos dirigeants, avec leurs armes légales, ont-ils effectuées pour essayer de traiter cette cause ?

De mon côté, après avoir lu le Coran, la Sunna, l’Histoire de l’Islam et de la création du Coran, et constaté les faits, y compris actuels …, je me permets de vous demander d’intervenir en ce qui concerne l’incitation à la haine et au meurtre que propage cette idéologie sous son appellation de « religion » (citation de Dieu, ou Allah, quasiment à chaque page, comme paravent) dans son livre de base : le Coran. En sus bien sûr de la « discrimination » péjorative et méprisante envers tous les non-croyants et les femmes …

A la lecture du Coran, des « incitations à la haine et au meurtre » sont systématiques dans nombre de versets de plusieurs sourates, (voir les diverses traductions en français ou « traductions françaises du sens de ses versets »). Par exemple : S2, v190-193 ; S4, v89-91, 101, S8, v5-8, v12-16, v17-20, v38-39, v55-58, v64-67, S9, v3-5, v111, v123, …).

Ce livre, Le Coran, aurait dû, il me semble, être interdit en France en application des Articles 222.17 et 18, et 18.1 du Code Pénal, (et complément Art. 221, …).

(« Incitation au meurtre », ici des incroyants, c’est-à-dire tous les non-croyants à l’Islam, en premier lieu les juifs et les chrétiens, puis tous les autres individus).

Les versets du Coran sont lus, relus, dans les mosquées par les imams. De plus ils sont appris par cœur aux enfants dès leur plus jeune âge (parents et écoles musulmanes). Les imams procèdent donc à « l’incitation à la haine et au meurtre » envers les « non-croyants » de manière permanente et « prosélytique ». Prêches divers, et « prières » qui sont des imprécations … ; en particulier la « prière » du vendredi terminée par neuf imprécations, dont « O Allah ! Fais périr les mécréants, les polythéistes et les ennemis de l’islam ! (Amen) », etc … .

(Quant aux discriminations envers les femmes et les « incroyants », …, aux exigences contrevenant aux règles sanitaires humaines connues maintenant, – nourriture halal, …-, et aux exigences hégémoniques, …, lire les sourates).

Aussi il conviendrait, me semble-t-il, que vous interveniez pour faire prendre très rapidement toutes mesures nécessaires pour limiter les causes de « radicalisation jihadiste » et pour la paix sociale en France et l’exercice de sa vraie « laïcité », garanties par les missions confiées à l’Etat par la population, dont l’application et le respect des Lois.

Ceci par exemple par :

la « mise en examen » des imams de la plupart des mosquées pour incitation à la haine et au meurtre, (ainsi qu’incitation à la discrimination envers les « non-croyants », les femmes, …).
l’interdiction de la vente et de la diffusion en France du Coran sous sa rédaction actuelle, au même titre que l’est très justement « Mein kampf ».
et/ou l’exigence de suppression des versets et sourates du Coran contraires à nos lois, avant toute publication et diffusion en France. (disposition appliquée maintes fois déjà à diverses publications et éditions).

En tant que Premier Ministre, vous êtes censé connaître nos Lois, le Coran, la Bible, les Evangiles, l’Histoire … pour comprendre les motivations, besoins et demandes, des citoyens contribuables et électeurs. Il vous appartient donc de prendre en compte et d’étudier cette demande d’intervention sur une des causes de « radicalisation jihadiste ».

Dans l’attente de votre réponse, et surtout des actions concrètes que vous entreprendrez, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de mes sentiments respectueux.

Georges COLLÉTER

(72 ans, retraité de l’agriculture et de l’industrie lourde

yacoub

Messages : 254
Date d'inscription : 29/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://yacoub.eklablog.com/accueil-c24696500

Revenir en haut Aller en bas

Re: République de France

Message  yacoub le Lun 12 Sep - 11:22

[size=150]La Corse et l’islam : une haine millénaire[/size]
Publié le 11 septembre 2016 - par Didier Martin - 5 commentaires - 1 319 vues
Partager


Les relations entre l’Islam et la Corse sont très anciennes et remontent à plus de mille ans. Ces relations n’ont jamais été fraternelles et pacifiques mais durant des siècles belliqueuses et emplies de haine. Il faut rappeler que plus de 30 000 Corses, hommes, femmes et enfants ont été « razziés » durant plus de trois siècles sur les côtes corses par les barbaresques musulmans à la solde de l’Empire Ottoman basé en Algérie et au Maroc. En proportion c’est comme si 4 millions de Français avaient été capturés et mis en esclavage durant cette période.

Les nombreuses tours pisanes et génoises construites sur le littoral corse témoignent de la persistance et de l’importance du danger au cours des siècles. Ces sentinelles de pierre assuraient la surveillance permanente du littoral avertissant les populations de l’arrivée des sarrasins pour qu’ils puissent fuir dans les montagnes.

Certaine zones de Balagne et du golfe du Valinco ont été même islamisées durant plusieurs décennies. C’est l’intercession de l’Impératrice du Maroc, Davia Franceschini, très belle jeune femme capturée par les barbaresques sur les côtes de Balagne et devenue l’épouse du Sultan qui a fait arrêter ces incursions vers la Corse avec l’aide de son compatriote Napoléon.

L’Islam a commencé à s’installer durablement en Corse avec l’arrivée des pieds noirs qui les engageaient à l’instar des pratiques en Algérie comme travailleurs agricoles. Durant plus d’une décennie il n’y avait que des hommes. A partir de 1976 ces travailleurs, pratiquement tous originaires des mêmes provinces marocaines, ont pu faire venir leurs familles. Le développement économique de la Corse a pu aussi offrir de nombreux postes subalternes aux ressortissants marocains venus s’installer dans toutes les zones agricoles de Corse mais aussi dans les cités urbaines en plein essor démographique. A tel point que des communes comme Ghisonaccia ou Porto Vecchio sont peuplées en 2016 par plus de 35% d’habitants d’origine maghrébine. Les pratiques religieuses se sont cantonnées à l’origine dans de toutes petites salles mais l’accroissement rapide de la population musulmane a suscité l’arrivée d’Imams pratiquement tous originaires du Maroc.

Les prêches se faisaient uniquement en langue arabe et sont toujours pratiqués ainsi dans la plupart des lieux de culte.

La Corse n’a pas de mosquées mais certaines salles de prières dépassent maintenant les deux cent pratiquants le vendredi. A partir de la fin des années 80, le hijab qui n’était porté surtout que par des vieilles femmes musulmanes plus par tradition que par conviction a commencé à se propager chez les jeunes filles et les jeunes femmes qui n’avaient connu que la Corse comme lieu de vie permanent. Puis dans les années 2000 sont apparues les premières tenues intégrales et les premières revendications pour les repas de substitution dans certaines écoles. Le phénomène était bien moins visible que sur le continent mais les interdits alimentaires de l’Islam commençaient à « irriter » la population corse pour laquelle la consommation du porc et du vin a été la base historique de son alimentation.

Refuser de consommer du porc en Corse et de boire du vin dans une région qui en a fait par sa qualité un des points forts de son économie est considéré malgré tout comme un refus de la tradition et du mode vie insulaire. Comment intégrer des populations qui refusent par dogme religieux de consommer des aliments qui ont permis durant des siècles aux corses de pouvoir survivre dans les montagnes ?

A partir du milieu des années 2000 à commencé a émerger un véritable rejet de ce genre de comportement qui a engendré de nombreux actes délibérément racistes envers des musulmans. La mentalité des pieds noirs ouvertement xénophobes face aux maghrébins n’a fait qu’accentuer ce phénomène.

Aujourd’hui en 2016 la population d’origine maghrébine est estimée à 50 000 personnes sur une population insulaire de 320 000 habitants, ce qui en fait la deuxième région de France en proportion après l’Île de France. Contrairement à ce que les médias nationaux laissent souvent transparaître il y a proportionnellement très peu d’actes réellement racistes en Corse, mais depuis deux ans les manifestations de l’Islam radical commencent à s’affirmer dans la société insulaire. Des jeunes corses (4 ou 5) se sont convertis et fortement radicalisés. Certains sont partis en Syrie ou ont tenté de le faire depuis 2014 mais il y a eu surtout une tentative de main-mise des salafistes sur la jeunesse d’origine musulmane dans les quartiers à forte densité maghrébine (Pifano, L’Empereur, Les Cannes, Lupino). On conseille « fortement » aux jeunes filles de ne plus se rendre en ville prendre un verre ou bien on leur demande porter le voile.

Il y a 9 personnes fichées S en Corse dont l’Imam aumônier de la prison de Borgo ! Celui ci n’est pas nommé directement dans le communiqué du FLNC mais il est bien désigné en tant qu’indicateur de police.

En fait certains services estiment que le nombre d’individus pouvant être considérés comme potentiellement dangereux avoisine 50 et il en suffit d’un seul qui passe à l’acte pour déclencher quelque chose de bien plus grave que l’attentat qu’il pourrait commettre.

Sans entrer dans la thèse du complot, l’enchaînement des incidents qui frappent la Corse depuis décembre 2015 ne sont peut-être pas tout à fait le fruit du hasard. Les incidents de l’Empereur, de Sisco, de Carbuccia et de Porto Vecchio dénotent des comportements nouveaux de certains maghrébins et décembre 2015 c’est aussi l’arrivée des nationalistes à la tête de l’exécutif corse !

La coïncidence est l’ennemie de la vérité mais l’apparition dans cette série d’incidents de l’émirat du Qatar à la suite des révélations d’un ex sous directeur de la DGSE pose question. On sait que depuis l’incident de l’année dernière durant le match PSG-Bastia où l’on a pu voir une grande banderole sur laquelle était inscrit « Le Qatar finance le PSG et le terrorisme » les proches de l’émir ne doivent pas porter la population « mécréante » de l’île dans leur cœur.

Il est certain qu’une action djihadiste sur l’île déclencherait immédiatement une réaction ultra violente des corses. Les corses possèdent des armes en grand nombre et l’impact émotionnel des événements de Paris, de Nice et de Saint Étienne du Rouvray suscite la plus grande méfiance de la part des insulaires. Beaucoup s’attendent à une réaction suite aux incidents ultra médiatisés de l’Empereur et de Sisco et beaucoup s’y préparent.

La Corse a été le premier département à se libérer du joug fasciste en septembre 1943. Les résistants corses ont libéré l’île en un mois de sanglants combats. Une fois qu’elle était pratiquement intégralement libre, un détachement de goumiers marocains a combattu courageusement les restes de l’armée de Rommel qui battait en retraite à Bastia. Si des marocains ont effectivement participé à la libération de la Corse c’est d’abord le sacrifice des résistants corses qui a chassé d’abord les troupes italiennes (80 000 hommes) puis allemandes (20 000 hommes) de l’île.

Le port du hijab, de la burqa ou du burkini est perçu ici comme ailleurs comme un drapeau de l’Islam intégriste, une allégeance à la vision wahhabite de DAECH, du Qatar ou de l’Arabie Saoudite. Alors, bien sûr, la revendication du droit à la liberté de se vêtir est perçue d’abord comme une belle hypocrisie. Si un touriste avait l’idée de porter un T-Shirt orné d’une grande croix gammée pourrait-on n’y voir qu’un simple bout de tissu ? Une inscription du genre « Je suis Menguélé» passerait-elle bien sur une plage de Tel Aviv ? Pourtant ce ne sont que des bouts de tissu.

Avec ce mélange d’inquiétude légitime, d’impression de provocation, d’orgueilleuse arrogance de la part des salafistes et surtout de la vision d’impuissance désespérante du pouvoir régalien, la tension atteint un paroxysme en Corse. Nous sommes au bord d’une conflagration dont l’onde de choc se propagera bien au delà du territoire insulaire.

Les élus tentent légitimement de la contenir mais ils savent bien que le détonateur est au point et que la moindre étincelle mettra le feu au baril de poudre sur lequel nous sommes tous assis. Ils ont la tête sur une enclume. Ils ne peuvent se résoudre à dénoncer une réalité qui finira par les obliger à prendre partie et ils ne peuvent soutenir les propos des Cassandre tels que ceux tenus par Eric Zemmour.

Zemmour, ce juif berbère qui possède ce don inné des juifs : sentir les dangers qui nous menacent avant tout le monde. Le sage montre la Lune, le singe regarde le doigt et comme le chantait Guy Beart « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ».

Il est facile d’imaginer la réaction des corses à un attentat de style daechien sur le territoire de l’île. Ce sera une répétition de la Saint Barthélémy à coup sûr et une disparition ultra rapide de la visibilité de l’Islam dans l’espace public. La conséquence en sera d’abord l’état de siège et la disparition de facto du pouvoir nationaliste mais l’onde de choc sera considérable sur le continent.

Beaucoup de musulmans quitteront la Corse mais 90% préféreront rester en abandonnant la visibilité de leur religion.

En bref : la guerre civile et à terme rapide l’intervention de l’armée sur tout le territoire français.

Le manque de courage des élites politiques et leur état de compromission électoraliste dans de nombreux endroits du territoire français se paiera au prix du sang.

Ce qui est lamentable c’est que les avertissements multiples des intellectuels français de gauche n’auront jamais été entendus au nom d’une pseudo laïcité bien lâche et d’une république incapable de sortir de ses atermoiements droit-de-l’hommistes. La collaboration factuelle des mouvements d’extrême gauche et des verts avec une idéologie profondément totalitariste sera à mettre au débit de la disparition de la gauche. La plupart des « musulmans » seront ravis qu’on les débarrasse de ces barbus bien gênants et l’Islam disparaîtra en France de l’espace public. Le problème résidera dans le nombre d’innocents qui paieront pour les autres.

J’espère que nous n’en arriverons pas là mais l’accélération de l’histoire ces temps-ci fait craindre le pire.

Nous ne regardons plus l’abîme, nous sommes dedans.

Didier Martin

yacoub

Messages : 254
Date d'inscription : 29/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://yacoub.eklablog.com/accueil-c24696500

Revenir en haut Aller en bas

Re: République de France

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum